Ils sont encore 300 en France à vendre des disques hors des circuits de la grande distribution. Les disquaires rock souffrent mais ne cèdent pas malgré le streaming. La preuve dans cet entretien avec les patrons de Dangerhouse à Lyon et Born Bad à Paris (qui fête ses 20 ans). Ils racontent les mutations d’un métier qui reste avant tout une passion. Ils sont doublement irréductibles. D’abord, parce qu’ils sont les survivants d’une profession qui comptait plus de 3 000 boutiques au milieu des années 70 pour à peine plus de 300 aujourd’hui dans toute la France.